By Lara Sedbon présente un solo show de nouvelles peintures sur toile, œuvres sur papier et sur passeports de l'artiste français Léonard Combier.

Artiste autodidacte, Léonard Combier crée avec frénésie depuis qu’il est en âge de tenir un crayon. Son travail se développe progressivement jusqu’à ce qu’il délaisse les bancs dʼHEC Paris pour s’y vouer corps et âme. La logique et la rigueur de ses études se traduit pour autant dans ses tableaux. Ainsi, chacun a ses lois, ses sociétés, ses codes, ses paysages, ses inventions, son paradigme. En réalité, Léonard Combier est autant un peintre talentueux qu’un exceptionnel romancier. Et quand les deux termes de cette équation se conjuguent, alors on entre dans le merveilleux.

 

En effet, son univers déborde tellement d’imagination que chaque œuvre est comme un monde autonome qui se déplie indéfiniment, conjurant l’espace-temps. Léonard Combier travaille ses peintures au posca et crée des compositions complexes prises dans une multiplicité de chaines causales humoristique réoondant d'un art combinatoire maitrisé à la perfection. Ses œuvres,

où chaque élément en implique un autre, nous invitent à penser la liberté. Celle du peintre, pris lui-même dans le système qu’il crée, et celle du spectateur dont le regard doit trouver une porte de sortie. Dans l’œuvre de Léonard Combier, un motif revient de manière lancinante tel un refrain : le masque. Le masque est le personnage principal de l’histoire de ses tableaux, il les rythme et les articule. Il constitue une réappropriation de l’iconographie africaine et brasse les légendes, les narrations et les mythes qui résonnent dans les sociétés du continent. On y retrouve une certaine esthétique réinterprétée et identifiable mais aussi l’idée que le masque est le véhicule du rêve, le propos même de Léonard Combier. En effet, l’artiste envisage cette dimension à travers le voyage, qu’il adresse grâce à son travail sur le passeport. Le concept de réappropriation rejaillit alors puisque Léonard Combier investit une identité ou une autre pour y insérer son vocabulaire plastique. Masque-voyage-rêve : une triade que Léonard Combier nous propose, pour AKAA, d’emprunter sur les traces de l’Afrique.

IMG_6230.JPG